Visual kei! Visual kei! uh... Visual kei

que du visual kei!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pourquoi les choses ne peuvent-elles pas redevenir...

Aller en bas 
AuteurMessage
Ichisuna
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 192
Age : 26
Localisation : Chez moi TToTTT (63)
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Pourquoi les choses ne peuvent-elles pas redevenir...   Dim 23 Mar - 0:47

Titre : Pourquoi les choses ne peuvent elles pas redevenir comme avant ?
Auteur ; Ichisuna a votre écoute =D
Base : Une envie de death fic
Note : Les personnages ne m’appartiennent pas je n’ai aucun droit sur eux. Si ils m'appartenaient sachez que je serai en ce moment au pieux avec eux xD
Good lecture.



-Aller ! Encore…Plus…
-Ruwa…J’peux plus…
-Mais…Karyu…Aller !...

Il a toujours était comme cela à en vouloir plus alors que je lui donnais tout… C’est pour ça que je l’aime…
-Ah ! Karyuuu…
J’entrais plus profondément en lui, me mouvant à une vitesse plus rapide… Il criait mon nom dans une jouissance sans pareil. Je me rappellerais toujours la façon dont nous faisions l’amour, les positions, les endroits, sa voix quand il m’appelait… Quand il m’engueulait parce que j’allais trop vite… Ou pas assez… Je m’amusais à le frustrer. Il était encore plus beau quand il s’énervait après moi. Il me traitait de « Sale méchant », j’adorais ce petit surnom… Qui, à présent, ne viendra plus caressait mon oreille avec amour et douceur…
A chaque fin de nos monté au septième ciel je m’allongeais toujours a ses cotés. Le couvrant de milles tendres baisés sur le visage pendant que nous reprenions nos souffles. Ce soir là je lui parlais de se que nous devions faire le lendemain, c’était son anniversaire et je lui avais préparé le plus beau des cadeaux qu’il soit. Je lui contais que nous irions au parc manger une glace, puis nous nous promènerions dans le centre ville où je lui aurais acheté tout ce qui lui ferait plaisir. Puis nous serions allés dans ce restaurant français qu’il avait repéré quelques jours auparavant et dont il avait bien envie de gouter les spécialités culinaires. Il m’avait soulé pendant des jours pour que je réserve une table le jour de son anniversaire, de nos anniversaires. Je m’étais donc exécuté avec enthousiasme rien qu’a l’idée de voir sa tête déguster ces plats exquis…
Puis après le restaurant nous serions rentrés chez nous et dans une intimité sans pareil j’aurais du lui offrir son cadeau… Cette bague au petit diamant rouge comme le fil rouge du destin qui relie les deux petits doigts de deux personnes s’aimant à la vie a la mort… Tiens je pleure…Mes larmes s’écoulent sans cesse sur mon visage si pâle…
On aurait du passé la plus belle journée de notre vie…
Il rigolait, il était impatient de vivre cet anniversaire, c’était le dernier que nous vivions ensemble, nos un an de vie commune… Nos cinq ans d’amitié et nos trois ans de vie amoureuse… Son anniversaire était quelque chose de très important pour lui, pour moi, pour notre couple…
Pourquoi les choses ne peuvent-elles pas redevenir comme avant ?
Peut après lui avoir raconté notre programme de la journée mon téléphone c’était mis à sonner. J’avais du répondre. C’était Zero, le bassiste de mon groupe… Il m’avait annoncé de manière claire et précise que je ne pouvais pas avoir ma journée car notre manageur avait décidé d’avancé la date de sortie de notre album…
J’avais essayé d’annoncé cela de la manière la plus douce possible à mon petit Uruha… Bien sur il ne l’avait pas reçu de la meilleure façon et il s’était énervé. J’avais beau lui dire que j’avais de toute façon ma soirée, que nous irions au restaurant et que nous passerions une nuit de rêves, rien n’y faisait. Il m’en voulait vraiment….
-Désolé désolé désolé mon cœur. N’avais-je cessé de lui répéter.
Il s’était violement retiré de mes bras pleurant tout se qu’il savait. Il m’insultait de tous les noms qui étaient dans son vocabulaire… Des plus niais au plus blessants.
-J’ai pas dit que j’irai ! Lui avais-je répliqué…
Comme a mon attente il m’avait répondu sur un ton froid et coléreux :
-De toute façon t’es obligé d’y aller ! C’est toi le principal compositeur ! Si t’y vas pas ton manageur va pousser une gueulante et tu vas devoir passer encore plus de temps au boulot !
Certes, il n’avait pas tort… Il était en pleure… J’avais tellement mal de le voir ainsi… Je me suis rapproché de lui essayant de le prendre dans mes bras mais il m’avait fortement repoussé. Tout le monde savait très bien que ce jour était plus qu’important pour nous… Pourquoi ce lendemain et pas la veille ou le surlendemain… Non il fallait que ce soit CE 6 juin…
Il commençait à se vêtir en me disant qu’il partait chez Aoi pour bien me laisser dormir et que soit en forme le lendemain… Je savais pertinemment très bien que c’était un mensonge, il m’en voulait tout simplement et il ne voulait pas s’énerver encore plus après moi car il savait que je n’y étais pour rien…
-Uruha part pas… Si t’es pas là je vais pas réussir à dormir. Uruha reste s’il te plait…. Uruha…
Je pleurais, il pleurait… Je m’habillais aussi. Il me donna un chaste sur le front, et pourquoi pas sur les lèvres, en me saluant et parti de mon appartement sanglotant. Je finis de m’habiller pour le rejoindre et le garder avec moi. Je m’en fichais, j’y serais de toute façon pas allé, je serais resté avec lui la journée comme nous avions prévu mais il n’avait rien voulut entendre.
Je descendis le rejoindre. Il était en bas de notre immeuble, je le voyais, la rue était déserte, avec pour seul éclairage les ampoules des lampadaires trop usé. Il n’y avait que nous…
-Uruha !
Il se tourna vers moi en me disant de vite rentré chez moi, que j’allais attraper froid et qu’il passerait le lendemain en fin d’après midi au studio pour venir me chercher.
Puis il se retourna à nouveau et commença à courir sur la route pour aller à l’autre trottoir. C’était un de ses grands trottoir qui on pour habitude de siéger les boulevards de Tokyo.
Une voiture arriva à fond du haut de la rue… Uruha prit de panique et de peur s’arrêta en plein milieu de la route au lieu de continuer son chemin. Comme si son corps était devenu paralyser. La voiture essayait pourtant de freiner…
Je vis la voiture…
Je courus vers Uruha, c’était personne ou nous deux.
-Uruhaaaaaaaaaaaaaa !!!
Je n’eus à peine le temps de le pousser que…C’était trop tard ! Je sentis la voiture nous percuter. Nous criâmes de douleur… Puis plus rien… Un trou noir, juste le bruit de la voiture qui s’arrête... La sirène des pompiers… Puis pris d’un sommeil profond a mon goût…


Oo°oOo°oOo°oO


Je me réveille… Un plafond blanc, des murs de la même couleur… Le paradis ? Non… J’entends le cardiographe faire des siennes… Ce n’est pas le mien, les bips sont beaucoup trop rapide par rapport au battement de mon cœur… Uruha… Uruha !
A cette pensée j’ouvre les yeux. Je tourne la tête, il est là, allongeait dans ce lit a se tordre de douleur comme si il ne pouvait plus respirer… Son cardiographe allant beaucoup trop vite. J’arrache tout mes branchements et je vais sur son lit. Je lui prends la main, la serrant fortement et amoureusement dans la mienne. La caressant pour le calmer. Mais je sais que son corps ne veut plus de son âme, que ses poumons son bloqué par je ne sais quoi…
-Uruha respire c’est moi Karyu, je suis désolé ! Mon amour reste en vie !
Les médecins arrivent précipitamment. Son cœur est en train de faire ses derniers battements. Je lui sers fort la main, lui offre un dernier baiser.
Nous nous regardons dans les yeux, il pleure, je pleure, son corps est cambrer comme un pont… Et dans un dernier souffle :
-Karyu… Excuse-moi… Mon amour, je t’aime… Je t’attends sur les rives de la mort… A il réussi à me prononcer entre des cris de douleurs et des sanglots…
Son corps se laisse violement tomber sur le lit.
Un bruit sourd et continue. Des larmes. Un corps inanimé.
-Mort du patient : 7 décembre à 15h30… Prononce un médecin entre ses lèvres, à peine audible….
7 Décembre ? C’est mon anniversaire aujourd’hui…
Mort du patient ?... Uruha…

Mon amour… Je viendrais te rejoindre sur les rives de la mort attend moi… Pour l’instant je vais vivre pour nous, pour toi jusqu'à se que la mort m’offre mon dernier souffle…

~Owari…~

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://n3v3r-r3b3llion.forumactif.com
E'spairs Die

avatar

Masculin Nombre de messages : 100
Age : 24
Localisation : loin...
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi les choses ne peuvent-elles pas redevenir...   Dim 23 Mar - 18:31

tu ma l'a deja fait lire mais..elle est troooop belle ç___________ç <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espairs-x-die.skyrock.com/
SadbunnY

avatar

Féminin Nombre de messages : 91
Age : 26
Localisation : La Lune
Date d'inscription : 30/12/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi les choses ne peuvent-elles pas redevenir...   Lun 24 Mar - 21:07

je l'ai deja lu et je l'adore <333

mais karyu et uruhua j'ai du mal T_T ... karyuuu ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pourquoi les choses ne peuvent-elles pas redevenir...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi les choses ne peuvent-elles pas redevenir...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» dissert
» Pourquoi n'y a-t-il jamais personne sur le Tchat ?
» Pourquoi jouer vous du slide ?
» Pourquoi l'histoire et la déco de PiB ne collent pas...
» Mais pourquoi personne ne compose plus...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Visual kei! Visual kei! uh... Visual kei :: ~¤~Hors sujet~¤~ :: ~Fanfics~-
Sauter vers: